AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez | 
 

 [PROLOGUE] Kind of trouble.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

âge : 26
messages : 77
localisation : Est-ce que 'Milieu de nulle part' vous parait suffisant ?
mes topics : Open ;D


GO TO HELL
MAITRISE DU POUVOIR:
5/100  (5/100)
RELATIONS:
CITATIONS:

MessageSujet: [PROLOGUE] Kind of trouble.   Sam 28 Aoû - 22:39

L'une des rares choses qu'October ne pouvait pas supporter, était l'impression d'avoir pris un coup de massue sur la tête lors de son réveil. Manque de chance, en ce moment même, c'est exactement ce que la jeune fille ressentait. Vous savez, cette sensation d'avoir pris la plus grande baffe de vôtre vie tant vôtre tête et chacun de vos mouvements sont pénibles et douloureux.
Bien qu'elle tentait péniblement -et sans succès- d'entrouvrir ses paupières pour percevoir la lumière du jour, ses yeux ne semblaient pas voir les choses de la même manière. Fatigués, en demande d'un sommeil apparemment trop court et mouvementé, ils étaient éblouis de manière particulièrement désagréable dés la perception du moindre rayon lumineux aussi faible soit il, empêchant l'adolescente de parvenir à les garder ouverts tout comme d'avoir une vision -aussi peu correcte soit-elle- des alentours. Dans un geste devenu naturel, tel une routine au fil du temps, la jeune fille chercha alors à tâtons sa couette habituellement chaude et confortable, pour la ramener vers ses yeux et ainsi pouvoir les ouvrir sans nouveau caprice de leur part. Mais les doigts en mouvement de la petite blonde se baladant à présent devant elle ne rencontrèrent rien d'autre que du vide, des courants d'air. C'est à ce moment là qu'October se rendit compte qu'elle ne se trouvait pas dans son lit.
Prise soudain d'un élan qui n'annonçait rien de bien positif, elle renonça alors à succomber aux demandes exigeantes de ses yeux pour s'empresser de les ouvrir bien grands, afin de savoir ou elle pouvait bien être si cela n'était pas dans sa propre couette, bien au chaud et chez elle. A cet instant là elle s'attendait encore à de nombreuses possibilités, mais certainement pas à celle là. La jeune adolescente se trouvait au beau milieu d'un endroit totalement inconnu, totalement désert, étrangement silencieux, mais surtout -et c'est ce qui était le plus inquiétant de son point de vue- non loin d'un cimetière. Bref, pas de quoi paniquer n'est-ce pas.
Avant même de chercher à regarder autour d'elle, la jeune fille se remémora la soirée précédente pour trouver une explication logique à son arrivée dans.. Cet endroit. Mais à sa grande surprise -mis à part le fait qu'elle revenait de la ville après une soirée peu arrosée-, elle ne se souvenait de rien. Un sourire éphémère s'afficha alors sur son visage.

* Ma petite tu es complètement en délire. Depuis quand tes rêves ont l'air si réels ? * Pensa t-elle en se moquant de sa propre bêtise.

Mais peut être que si ce fameux rêve avait l'air si réel, c'est que cela n'en était pas un. Cette fois ci, October fut un peu plus longue à le comprendre. Désorientée et obstinée comme elle l'était, elle avait refusé de se lever et n'avait pas encore commencé à chercher une éventuelle explication plus concrète qu'elle aurait -avec un peu de chance- pû trouver sur les lieux. A la place, elle était restée assise, contrariée, se creusant la tête et retournant ses souvenirs dans tout les sens pour trouver une logique à cette situation qui lui était particulièrement déplaisante. Plusieurs hypothèses furent émises par la jeune fille. Elle pensa à une mauvaise blague, une sorte de bizutage pour son arrivée sur le campus de l'université, à un enlèvement ou encore à une émission télévisée des plus stupides à laquelle ses amis avaient du l'inscrire. Mais aucune de ces idées ne semblaient lui convenir ou lui apporter de réponses. C'est donc avec agacement qu'October accepta sa défaite face à son ignorance et pris l'initiative de se lever pour avoir une vue un peu plus large des alentours et en apprendre un peu plus.
Une fois debout, les jambes de l'adolescente vacillèrent et manquèrent de peu de la faire retomber à l'endroit précis ou elle se trouvait quelques secondes auparavant. C'est à ce moment là que la jeune fille commença à perdre patience et à s'échauffer. En effet elle trouvait ce " petit jeu " de moins en moins drôle et comptait bien passer au travers. Ce sentiment ne s'améliora d'ailleurs pas lorsqu'elle découvrit qu'elle se trouvait sur ce qui devait être une place, à présent totalement déserte et en piteux état.

Une autre chose qu'October ne pouvait pas supporter, était de perdre le contrôle de la situation. Et en ce moment même, bien qu'elle ne souhaita absolument pas l'admettre, la jeune fille était totalement dans ce cas là. Éveillée dans un endroit totalement inconnu et sans aucun bruit indiquant une vie humaine quelconque n'était en effet pas vraiment ce que l'on pouvait appeler un contrôle de la situation. Après la surprise, après la colère, c'est donc finalement la " peur " qui envahissait la jeune adolescente. Cherchant à se rassurer, elle fit quelques pas et arpenta les alentours qui éveillèrent en elle une nouvelle impression qui n'était pas des meilleures. Cette fameuse place avait un aspect particulièrement miteux et si elle n'était pas en ruine, elle devait être particulièrement ancienne ou alors totalement hantée -ce qui à ce moment là était une idée totalement exclue-. Ce qui aurait du être une fontaine -ou quelque chose dans ce genre là- ressemblait plutôt à une grosse jarre pour mauvaises herbes alors que l'on ne comptait plus les carreaux brisés des vitres ou les portes usées des "Habitations" bordant la place. D'un raisonnement logique, après cette analyse des lieux, la jeune fille commença à se mettre dans la tête qu'elle ne se trouvait certainement pas à Philadelphie, au milieu des immeubles et des Universités mais plutôt dans une sorte de village abandonné ou dans tous les cas, qui n'était plus habité depuis longtemps.
Les minutes passèrent. October marchait toujours le long de la place, sans vraiment chercher à explorer ailleurs, gardant sans doute l'espoir qu'une personne tomberait soudainement du ciel et lui crierait " poisson d'avril ". Mais aussi loin que remontaient les souvenirs de la jeune fille qui n'était à présent plus sûre de rien, on était au mois de juin, et -sauf cas sociaux particulièrement atteints-, les personnes n'avaient pas idée de blagues aussi idiotes -et encore moins de tomber du ciel- pour un simple poisson d'avril.
Machinalement, October mis les mains dans ses poches alors qu'elle continuait de tourner en rond. Elle fût alors surprise de rencontrer une surface dure et lisse, comme s'il s'agissait de métal ou de plastique. Ayant bien l'intention d'identifier cet objet mystère, elle retira cette 'chose' de la poche de sa veste et découvrit avec déception qu'il s'agissait seulement de son MP3, qu'elle alluma pourtant avec le soulagement de retrouver un objet familier.
" Massive Attack - Teardrop " se fit entendre. Le sourire de la jeune fille apparut une nouvelle fois sur son visage, et prise d'un soudain élan de courage, October quitta l'étrange place vide et s'aventura au delà de ce qu'elle voyait depuis maintenant presque une heure.


    I built dreams ;
    But like plastic building blocks,
    They were knocked down to the ground ;
    I grew up.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

[PROLOGUE] Kind of trouble.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LIGHTNING :: I N S I D E . T H E . S T O R Y :: LiGHTNiNG : CENTER :: CEMETERY-

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit